Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 00:00

  

 

 

Qu'il était beau le printemps de nos amours 

Le temps des promesses, le temps des toujours

Premières émotions, premiers serments

Le tableau était beau et charmant

 

 Nos coeurs étaient purs et sincères

 Un rose rouge sous la lumière

Témoin de nos tendres baisers

Et de notre enfance envolée...

 

Des étoiles dans les yeux, nous faisions des voeux,

  La vie nous appartiens lorsque nous sommes heureux 

  Cueillez chaque instant,  jeunesse si belle

Vos souvenirs seront immortels...

 

Harmonia

 

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Poésie
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 00:00



Robert Schumann :

Compositeur Allemand de musique classique

Né le : 08 juin 1810 à Zwickaü

Décédé le : 29 juillet 1856 à Endenich



- Poussé par son père, un éditeur écrivain, Robert shumann commença à étudier le piano à l'âge de six ans. Mais c'est à 9 ans que Schumann exprime véritablement le souhait de devenir musicien après avoir assisté à un récital Moschelès et entendu la Flûte enchantée de Mozart. Son père veut cependant qu'il passe tout d'abord son
<< Abitur >> (équivalent du bac en France) Malheureusement son père décéda alors que le petit Schumann était encore adolescent. Sa mère désapprouvait l'idée d'une carrière artistique pour son fils, et insista pour qu'il fasse plutôt des études de droit. L'adolescence de Schumann fut malheureuse à cause du suicide de sa soeur et la mort de son père, mais aussi à cause de son amour pour une femme mariée

Maison natale de Schumann


- S'intéressant à la musique tout comme à la poèsie et à la littérature, il étudie le droit à Leipzig et à Heidelberg. Mais, Schumann conserve son ambition première de devenir pianiste virtuose.
Friedrich Wieck, professeur de piano, l'accepte comme élève  Schumann fait toutes sortes d'exercices physiques extrêmes pour muscler ses doigts, mais lors d'une malencontreuse initiative il se paralyse de la main droite, à l'age de 22 ans.
Cet événement vint littéralement boulverser la vie de Schumann qui espérait  une carrière de grand pianiste. Il devient dépressif et il s'en faut de peu qu'il perde la raison.

Schumann se remet  de ce choc psychologique, et fonde la  << Neue Zeitschrift für Musik >>, où il s'instaure comme le défenseur de la vraie grande musique contre les << philistins >>
Des oeuvres comme son  Carnaval op. 9 ou ses Etudes symphoniques op. 13 dâtent de cette période.

 


Clara à 13 ans

 

- En 1835 après avoir rompu avec Ernestine Von Fricken, il s'éprend de Clara Wieck, la fille de son professeur de piano dont il tombe amoureux. Pour elle Schumann compose des sonates pleines de passion et espère l'épouser, mais le père de clara lui refuse la main de sa fille, poussant Schumann à traverser une nouvelle dépression. Pourtant, c'est à cette période que le malheureux compositeur  compose quelques très beaux morceaux comme la Fantaisie op, 17, les Novelettes, les fameuses Scènes d'enfance ou encore le Kreisleriana.

 

Clara un peu plus agée

 

 - Robert Schumann demande officiellement la main de Clara à son père, qui s'oppose vigoureusement à leur mariage. Les amoureux sont séparés de force, mais communiquent par le biais d'amis et de message musicaux dans les concerts de Clara. Le mariage est cependant célébré en 1840 à Schönefeld par decret de la cour de justice. 

- Ce sont alors des années heureuses pour Robert et Clara dont l'influence se sentira à travers sa musique. Il se met notamment à composer de nouveau Lierder sur des textes de grands poètes tels que : Goethe, Heine Schiller ou chamisso. 

 

 Clara, épouse de Schumann


- Parmi les 130 composées en 1840 retenons: l'Amour et la vie d'une femme, Les  amours du poète, les Liederkreis ou encore Myrtes.

- En 1841, il écrit ses premières oeuvres orchestrales comme la  Première Symphonie, Ouverture, Scherzo et Final, Fantaisie pour piano et orchestre (qui deviendra en 1845 le fameux concerto), et la Symphonie n° 4.La musique de chambre apparait l'année suvante avec trois Quatuors op. 41, le Quintette en mi bémol, et le Quatuor avec piano.

- En 1843, Schumann compose l'orotario Le Paradis et la Péri avant d'effectuer une tournée jusqu'en Russie où Clara, la femme du compositeur devenue grande virtuose du piano, est vivement acclamée.

- C'est en 1844 que le couple s'installe à Dresde et que Schumann compose son unique opéra Genoveva, des Fugues ainsi que la Symphonie n°2. Les années suivantes et jusqu'en 1850, il composera des oeuvres nouvel orotatio Manfred, des cantates comme le Requiem pour Mignon, etc.

 

Clara pianiste virtuose et son époux

- En cette même année1850, Schumann accepte un poste de chef d'orchestre à Düsserldof. Cette nouvelle fonction semble lui plaire et il composera de nouveaux ouvrages comme le concerto pour violoncelle, la symphonie n°3 dite Rhéane, un troisième otario nommé  Le Pélérinage de la rose, de nouveaux lierders, des ouvertures...

- En 1854 il rencontre le jeune Brahms, à peine agé de 20 ans. L'état du compositeur commence à s'aggraver et il tente de se suicider en se jetant dans le Rhin. Il est sauvé et enfermé à l'asile d'Endenich ou il décèdera le 29 juillet 1856 après avoir connu d'atroces souffrances, et en laissant sa femme Clara seule avec ses sept enfants.

Clara décèdera le 20 mai 1896, après avoir enduré des problèmes de surdité. Elle est enterré avec son mari au Vieux Cimetière de Bonn. Elle fait parti des rares femmes compositrices de renom du XIXe siècle.

 

 

 

- Il a beaucoup plu aux intellectuels, de Proust à Barthes, mais, pour les essayistes comme pour les musiciens, il reste difficile à appréhender. Dans la plupart de ses partitions, sa pensée apparaît par éclats, en mosaïque, comme le reflet des humeurs et des errances d'une personnalité tourmentée jusqu'à la schizophrénie - un mal alors peu connu, qui lui valut de mourir à l'asile. Ses oeuvres sont d'étranges autoportraits musicaux qui semblent toujours courir après une ombre.




Pour les mélomanes et les personnes qui désirent découvrir Robert Schumann  :

http://musique.fnac.com/a1304480/Robert-Schumann-Kreisleriana-opus-16-Gesange-der-Fruhe-opus-133-CD-album

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Biographie
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 17:13


 Petite fille qui ris dans ma maison
Tes yeux sont des soleils ton coeur un horizon
Tes cheveux de ruisseau coulant sur ton épaule
Tu t'envoles et me frôles

Un grand vent est entré dans ton coeur un matin
Pour chasser les nuages au coeur de tes chagrins
 Et tu sais déjà dire les plus beaux mots d'amour
 Que j'ai su dire un jour

 Petite fille ton coeur c'est ma maison
Tu vis dans un soleil qui défie les saisons
 Il faut garder ton âme aussi claire que l'azur
C'est un souffle d'air pur

J'ai la gorge serrée quand je pense à demain
 Ce garçon qui viendra me demander ta main
 C'est déjà mon ami c'est déjà mon copain
 Comme tu as grandi soudain

Petite fille tu dors dans ma maison
Et pendant ton sommeil moi j'écris des chansons
Je n'ai jamais aimé d'un amour si profond
 D'un amour si profond

 La vie ne m'avait fait de cadeau plus subtil
Que la pincée de sel entre tes cils
Depuis que ton destin s'enroule à mon histoire
Regarde ton miroir

On dirait que le monde  a créé le printemps
 Pour fêter tes quinze ans

Yves Duteil

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Chansons
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 00:00

 

Même si cette photo reste certainement un montage

 Regardons là comme un très joli témoignage.

La nature reste la poésie de tous les jours,

 Qu'il suffit de contempler avec respect et amour

 

 

Harmonia

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Pensées
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 00:00

 

 

Il faut en te levant mettre au seuil de ton jour

 Quelque chose

De pur, un rameau clair au frémissant contour,

Une rose.

 

Dans l'azur d'un beau ciel les palpitations

De deux ailes,

Un essor de ramiers sauvages, de rayons,

 D'hirondelles.

 

La tige d'un jet d'eau, gerbe de pur cristal

 Qui retombe

En pleurs ainsi qu'un grand élan vers l'idéal

 Qui succombe.

 

 La couronne d'écume à l'horizon lointain

D'une nue,

Ou quelque grande fille au sortir de son bain,

 Blanche et nue.

 

 

Léo LARGUIER

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Poésie
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 10:25

 

 

 

  Absente pour quelques jours. Je vous dépose mille  douces pensées jusqu'à mon retour.... Quelques articles ont été programmé...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Pensées
commenter cet article
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 00:00

 

 

- Dans la solitude de sa maison, une femme agée décide d'écrire à sa petite fille sous forme de journal intime. Elle sait que le temps lui est compté et veut, par cette lettre d'amour, renouer une relation rendue difficile par "la crise d'adolescence" mais aussi la mort tragique de sa propre fille. Et c'est donc sa vie qu'elle est amenée à revisiter : une éducation bourgeoise, un mariage de convenance avec un homme gentil mais ennuyeux, sa relation clandestine avec le père de sa fille.

 

- Parcourant aussi l'histoire de plusieurs générations de femmes, sans fausse pudeur, sans rhétorique, parfois avec dureté, elle se raconte à sa petite fille et l'invite à accomplir le même "voyage" qu'elle : un voyage à la recherche de soi, loin des fausses valeurs et des clichés, et en écoutant avant tout la voix de son coeur.

 

                              

Va ou ton coeur te porte

 

 

 

-Tu es partie depuis deux mois et depuis deux mois, à part une carte dans la quelle tu m'informais que tu étais toujours vivante, je suis sans nouvelles de toi. Ce matin dans le jardin, je me suis arrêtée longuement devant ta rose.

- Bien que nous soyons en automne, elle se détache avec sa couleur pourpre, solitaire et arrogante, sur le reste de la végétation déja éteinte. Tu te souviens du jour où nous l'avons plantée ? Tu avais dix anset depuis peu, tu lisais le petit prince....

 

Extrait du livre de : Susanna TAMARO

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Littérature
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 00:00

 

 

 

 Pour Jean-pierre Rosnay                                                                                       

 

La maison du poète est une maison rose

C'est là que dans la paix son âme se repose

Dans le calme champêtre au milieu des oiseaux

Il peut faire le vide enfin dans son cerveau.

Profiter du soleil, des arbres et des fleurs

Il a rangé sa plume, il a séché ses pleurs.

Finie la poésie, muses disparaissez,

 Aujourd'hui le poète est là pour respirer...

 

Il peindra les volets, plantera des rosiers

Il dormira dans l'herbe ou tressera l'osier.

Il ne veut plus rêver, il ne veut plus écrire,

Il veut n'être que lui et voir le soleil luire.

Ne lui demandez pas d'évoquer le passé

 Puisque dans ma maison il veut tout oublier.

 Il voit avec ses yeux et non avec son coeur,

Le foin est bien vivant tout parsemé de fleurs.

 

Les amis qui viendront seront de vrais amis

Cette pluie vient du ciel et mouille son habit.

 Il regarde et il sent; il respire et il marche,

Le rosier reste là; le pont garde son arche.

Le murmure de l'eau n'est pas une illusion

Cet arbre dans le vent n'est pas son invention;

Et de la vraie fumée apparait sur le toit;

Le poète à présent est plus heureux qu'un roi.

 

Ici rien de factice, ici rien ne s'efface

La magie n'agit pas, tout reste bien en place.

La fille qui viendra, dormira dans ses bras

Et au petit matin, elle sera bien là...

Ici tout est réel, ce n'est plus du roman

 Le poète est un homme au moins pour quelque temps.

A force d'inventer, de fabriquer la vie

Il se sentait sombrer parfois dans la folie.

Il mélangeait le rêve et le réalité

Il ne savait plus vivre et bien peu raisonner...

 

 

 Blanche MAYNADIER

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Poésie
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 00:00

 

 

<< De toute façon, tu as toujours été le chouchou ! >>.  il suffit d'énoncer cette  <<évidence >> (pour celui qui la prononce) à l'un de ses frères ou soeurs, voire un cousin, pour transformer le plus paisible des repas de famille en psychodrame. Que faut-il en penser ? Le chouchou existe-t-il vraiment ?  Ou bien est-ce une création pure et simple de la jalousie enfantine ?

Même si le "chouchou est purement imaginaire, l'enfant qui ressent ce sentiment, n'est-il pas un enfant vivant dans la frustration et une "prétendue" injustice ?

 

 

 

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Pensées
commenter cet article
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 00:00

 

 

 

- Mère Teresa

- Né le 26 août 1910 à Skopje  (Üskub à l'époque)

- Décédée le 5 septembre 1997 à Calcutta

 

 

 

 

- 26 août 1910 :naissance à Skopje d'agnès Bojaxhiu dans une famille albanaise de Macédoine (Yougoslavie)

- 1928 :elle entre dans la congrégation missionnaire irlandaise de notre-Dame-de-Lorette, près de Dublin, et prend le nom de Teresa par dévotion à la carmélite de Lisieux.

- De 1929 à 1948, elle enseigne la géographie à des jeunes filles de riches Bengalis, dans un collège huppé de Calcutta. Elle dirigea ensuite la congrégation des filles de Sainte-Anne, ordre indien rattaché aux Soeurs de Notre-Dame-de-Lorette.

- 1937 : Voeux définitifs.

- 10 septembre 1946: elle demande à sa supérieure l'autorisation de sortir du couvent afin de travailler dans les taudis de Calcutta. 1948 : elle quitte l'habit des Soeurs de Lorette pour un sari blanc bordé de bleu et acquiert la nationalité indienne.

- 1950: le 7 octobre, Mère Teresa fonde la congrégation des Missionnaires de la Charité.

- 1963 : elle fonde la branche masculine des Missionnaires  de la Charité.

- Le 10 ddécembre 1979: elle reçoit le prix Nobel de la Paix.

- 1990: à la suite de nombreux ennuis de santé, Mère Teresa quitte ses fonctions de supérieure générale des Missionnaires de la Charité.

- Décembre 1991: elle subit une opération du coeur aux Etats-Unis, lors d'une tournée mondiale auprès de ses communautés.

13 mars 1997: Soeur Nirmala, hindoue convertie, agée de 63 ans, lui succède comme supérieure de la congrégation. Au nombre de 4500, les soeurs sont présentes dans 133pays.

- Le 5 septembre 1997: Mère Teresa meurt à Calcutta

- 19 octobre 2003, Mère Teresa a été beatifiée par le Pape Jean-paul II à Rome

 

 
- Femme d'exception, d'amour et de compassion. Elle consacra sa vie aux autres, dans une totale abnégation. Au service des plus misérables de ce monde : enfants, mourants , lépreux, sidéens, drogués...

- Dès  l'âge de 12 ans, elle chante à la chorale de l'église et se passionne pour les articles de la revue catholiques, dirigée par les jésuites qui oeuvrent au Bengale. Elle rêve d'entrer chez les religieuses. mais c'est l'été de ses 18 ans qu'elle entend la voix de Dieu qui l'invite à être toute à lui.
Agnès s'engage alors comme missionnaire dans la congrégation de Notre-Dame de Lorette, dont la maison mère se trouve en Irlande. Le 26 septembre 1928, le coeur serré, elle fait ses adieux à sa famille. Mère et fille ne savent pas qu'elles ne se reverront jamais, même si elles correspondront longuement. Agnès part, accompagnée de Beticka, une de ses compagnes de lycée qui a fait le même choix de vie.. A travers l'Europe, le train les conduit vers Dublin, où les deux Yougoslaves de 18 ans sont admises à devenir postulantes.
Comme elles parlent un peu l'anglais, appris à l'école, c'est en Inde, alors colonie britannique, que la communauté les envoie. Au début de l'année 1929, elle mettent le pied à terre sur le continent indien.

- A son arrivée c'est le choc : << De nombreuses familles vivent dans les rues, le long des murs, dormant à même le sol. Parents et enfants sont pratiquement nus, avec tout au plus un pagne en guenilles. Si nos compatriotes voyaient cela, ils cesseraient de se plaindre et remercieraient Dieu de l'abondance dans laquelle ils vivent >>, écrit Mère Teresa dans un article qu'elle envoie à la revue Missions catholiques.

Elle parle aussi de l'humidité malsaine, des relents d'égouts qui prennent à la gorge. Mais le choc de la misère est comme assourdi derrière les murs du couvent de la congrégation où sont accueillis les soeurs : situé au clos d'Etailly, dans le quartier résidentiel, non loin du palais du vice-roi des indes, Loretto Housse est une belle maison coloniale ancienne, toute blanche, entourée d'un jardin verdoyant qui respire le calme et la fraîcheur.

Cependant les bidonvilles ne sont pas loin, et de la fenêtre de sa chambre Mère Teresa peut apercevoir ceux qui vivent dans la misère de la rue.

Durant plus de quarante ans, elle consacra sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants, d'abord en Inde, tout en guidant le développement des missionnaire de la Charité, puis à travers son oeuvre dans d'autres pays. Perçue comme un modèle d'altruisme, son nom a été régulièrement évoqué dans la presse indienne et occidentale pendant la deuxième moitié du XXe siècle.

 

 

Il faut saluer son courage d'avoir révéler ses doutes sur sa foi vacillante. Elle avait confié à son confesseur : << Jésus a un amour tout particulier pour vous . Pour moi, le silence et le vide sont si importants que je regarde et ne vois pas, que j'écoute et n'entends pas >>.

Dans une autre lettre non datée adressée à jésus, elle avait encore écrit : << où est ma foi ? Tout au fond de moi, il n'y a que le vide et l'obscurité, mon Dieu, que cette souffrance est douloureuse, je n'ai pas la foi. >>

 

 

 

Un regard plein de joie et d'espoir.... 

 

Source : http://www.madame.ca/loisirs-culture/personnalités/


Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Biographie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • : Mon blog se veut avant tout un lieu de partage, d'écoute, de tolérance et de respect. Il se compose de poésies, de biographies, de pensées et réflexions...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Appréciation

 

2ad8d915

Lisabuzz.com parle de Pour un monde meilleur : Alors là, franchement, c est du caviar, du web-caviar pour être exact ! Pour un monde meilleur regorge de traits d esprits et de perles linguistiques... D ailleurs, peut-on parler de Blog, alors qu il s agit, à n en pas douter, de grande litterature ? Le Nord Ouest a enfin trouvé son nouveau Victor Hugo en la personne de Harmonia.messidor. Ca va être dur de faire mieux. pourvu que ca dure ! signé http://blog.lisabuzz.com

Petite info

Mon blog n'a aucune prétention littéraire, simplement l'envie de partager avec vous, mes réfexions, mes pensées et parfois mes indignations...

Je remercie cependant LISABUZZ pour son commentaire plein d'humour...

Copyright

copyright 6

00040706

Photo

8y0t7jh8.jpg

Texte Libre

 

 

 

oiseaux

 

 Certaines photos,trouvées sur le net

ne sont peut-être pas libres de droits

  Si toutefois, il s'avérait que l'une d'elles

est échappée à ma  vigilance, veuillez

 m'en informer afin de la supprimer

le plus rapidement possible. Merci