Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:25

 

juliette-drouet-victor-hugo_1196847265.jpg

 

 

Victor Hugo, mon amour 

En 1633, un jeune dramaturge tombe amoureux d'une princesse de théâtre. Jaloux, il lui demande d'abandonner la scène. Par amour elle accepte, et comme elle s'ennuie : << Ecris-moi, lui dit-il, écris-moi tout ce qui fera battre ton coeur ce qui te trottera par la tête, tout ce qui fera battre ton coeur. >>

 Telle est l'origine de la merveilleuse correspondance que Juliette et Victor nous ont laissés en héritage de leur amour. De leur rencontre en 1833, lors de la lecture << Lucrèce Borgia >>, Jusqu'au 11 mai 1883, date à laquelle, après l'avoir adoré au point de tout lui sacrifier, elle ferme les yeux. A partir de cette époque, Victor Hugo cessa d'écrire, il ferma son encrier pour toujours. Preuve de son amour incommensurable pour celle qui fut sa muse.

En 1852 elle l'accompagna dans on exil à Jersey et puis en 1855 à Guernesey, mais sans jamais partager son toit. Elle lui écrivit tout au long de sa vie des milliers de lettres, qui témoignent d'un réel talent d'écriture selon Henri Troyat qui écrivit sa biographie en 1997.

 

 

Le 22 août 1834, Victor Hugo arrive à Étampes avec sa maîtresse Juliette Drouet, depuis Pithiviers et Yèvre-le-Chastel. Il y met par écrit ce poème tout inspiré par la passion que lui inspire Juliette Drouet

 

 

                   

Poésie de Victor Hugo à Juliette

 


Mon bras pressait ta taille frêle

Et souple comme un roseau;

Ton sein palpitait comme l'aile

 D'un jeune oiseau.

 

Longtemps muets, nous contemplâmes

 Le ciel où s'éteignait le jour.

 Que se passait-il dans nos âmes ?

Amour ! amour !

 

 Comme un ange qui se dévoile,

 Tu me regardais dans ma nuit

 Avec ton beau regard d'étoile

 Qui m'éblouit.

 

 

 

Correspondance de Victor Hugo à Juliette Drouet

 

 

7 mars 1833

Je vous aime mon pauvre ange, vous les savez bien, et pourtant  vous voulez que je vous l'écrive. Vous avez raison. Il faut s'aimer, et puis il faut se le dire, et puis il faut se l'écrire, et puis il faut se baiser sur la bouche, sur les yeux, et ailleurs. Vous êtes ma Juliette bien-aimée. Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver pense au soleil, et quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre. Vous voyez bien, Juliette, que je vous aime de toute mon âme. Vous avez l'air jeune comme un enfant et sage comme une mère, aussi je vous enveloppe de tous ces amours-là à la fois. Baisez-moi, belle Juju !

 

Septembre 1834

Je ne suis pas libre ce matin, et jamais pourtant je n'aurais eu tant besoin de te voir. Oh ! que je voudrais pouvoir courir chez toi en ce moment ! Comment vas-tu ? Comment as-tu passé la nuit ? Tu étais hier souffrante. Je suis dévoré d'amour et d'inquiétude. Oh ! ma joie, ma vie, ma bien-aimée ! Je suis triste ce matin. J'ai peur que les alliants et venants du dimanche ne m'empêchent d'être auprès de toi aussi vite et aussi longtemps que je voudrais. Pourvu encore que toi-même de ton coté tu puisses venir ! Pourvu que la fièvre que tu avais hier ne t'empêche pas de sortir aujourd'hui ! Oh ! plains-moi. Oh ! n'est-ce pas ? Tu viendras ?  Tu te portes bien ? Je te verrai ? Oh ! J'ai tant d'amour à te donner, tant de baisers à te prodiguer, sur tes pieds parce que je te respecte, sur ton front parce que je t'admire, sur les lèvres parce que je t'aime ! Ce n'est pas une couronne que tu devrais avoir sur la tête, c'est une étoile.

 

 

Janvier 1835

Et qui résisterait à tes adorables lettres, Juliette ! Je viens de les lire, de les dévorer de baisers comme j'en dévorerais ta bouche si je te tenais là. Je t'aime. Tu vois bien que je t'aime. Est-ce que tout n'est pas là ? Oh oui, je te demande bien pardon à genoux et du fond du coeur et du fond de l'âme de toutes mes injustices. Je voudrais avoir là comme tout à l'heure ton pied, ton pied charmant, ta main, tes yeux et tes lèvres sous mes lèvres. Je te dirais toutes ces choses qui ne se disent qu'avec  sourires et des baisers. Oh je souffre bien souvent, va, plains-moi. Mais je t'aime. Aime-moi !

Tes lettres sont ravissantes. Ma vie est faite des regards que me donnent tes yeux, des sourires que me donne ta bouche, des pensées que me donne ta journée, des rêves que me donne ta nuit. Dors bien cette nuit. Dors. Je pense que tu t'endors en ce moment. Je voudrais que tu visses cette lettre en songe, et le regard avec lequel j'ai lu les tiennes et le coeur avec lequel je t'écris celle-ci. Je te baise mille fois, Juliette bien-aimée, dans toutes les parties de ton corps, car il me semble que partout sur ton corps, je sens la place de ton coeur comme partout dans ma vie je sens la place de mon amour. Je t'aime tu es ma joie.

 

villequier-2

 

 C'est à Villequier (76), le 21 novembre au Musée Victor Hugo, devant une quarantaine de personne, que nous avons eu le privilège d'écouter la lecture d'une partie de la correspondance échangée entre Victor Hugo et Juliette Drouet. Lecture effectuée par la comédienne Catherine Postic (juliette Drouet) et Martial Maynadier (Victor Hugo). L'un et l'autre mirent leurs émotions et leur sensibilité au service du texte afin de captiver les auditeurs.

Michelle Lechevalier, pour la chronologie des évènements, afin de mieux situer les lettres dans le temps et les associer à des moments de vie. 

Catherine et Martial mirent leur coeur et leurs émotions dans la lecture de la correspondance de Juliette et de Victor.

La lecture semble simple a priori, mais la qualité du lecteur est de faire passer toutes les émotions et restituer les sentiments des auteurs.

Je ne peux que souhaiter qu'il soit réitéré ce genre d'initiative permettant à tous un beau moment de partage.

 

 

villequier-3.jpg

  De gauche à droite : Michelle Lechevalier, Martial Maynadier et Catherine Postic (comédienne), lecteurs des correspondances de Victor Hugo et Juliette Drouet

Lettres choisies,
Victor Hugo, Juliette Drouet

 

 

Lettre de Victor Hugo à Juliette Drouet (Ed. Fayard)victor-hugo-juliette-drouet-50-lettres-d-amour-1833-1883-le

Juliette Drouet, Mon âme à ton coeur s'est donnée...

Victor Hugo (suite et fin) 

 

La vie que Juliette Drouet, immense amoureuse de Victor Hugo, dédie toute entière à l'écrivain n'est pas pour autant une vie cloîtrée. Pendant plusieurs années, durant l'été, le couple part régulièrement en Normandie, en Bretagne,en Belgique, dans le Nord de la France au bord du Rhin. Ces voyages sont source d'inspiration pour Victor Hugo; il évoquera les paysages, en particulier la mer dans ses poèmes mais aussi ses peintures et dessins.

 

  51GH77ZR12L__SL500_AA300_.jpg

 

3 juin 1839, matin

Je sens couver en moi la maladie du voyage et je suis sûre même que ce que j'attribue à l'effet de la vaccine vient de la fièvre périodique du voyage. Et je ne crois pas  qu'il y est d'autre ordonnance pour ce genre de maladie qu'un passeport, d'autre pharmacie que des auberges, d'autres émollients ou cataplasmes que les banquettes de diligence du cabriolet. Qu'en dites-vous ?

Moi je vous dis que je vous adore.

Juliette

 

 

Viendront ensuite les combats politiques : lors de la tourmente de 1848, Juliette Drouet tient un journal de l'insurrection que Hugo retranscrit mot pour mot.

Puis en 1851, c'est elle qui l'aide à quitter clandestinement  Paris.

Durant 19 années d'exil, elle restera fidèle à son amour, le suivant partout, s'installant près de lui à Guernesey.

 Elle lui apportera un soutien sans faille :

 

 

Guernesey 24 février 1870 matin 8h

Bonjour, mon cher grand bien-aimé adoré, et salut à la république dont le 22ème anniversaire se lève aujourd'hui. Puisse-t-il te rendre à ta chère France cette année quittée : Lumière, Honneur, Paix et bonheur. C'est le voeu Héroïque et dédintéressé de mon coeur (...)

Juliette

 

Après le retour à Paris en 1870; Juliette demeurera aux cotés de Hugo, l'aidant, l'assistant, veillant sur le foyer comme une épouse, continuant à l'adorer comme l'amante qu'elle n'avait jamais cessé d'être, poursuivant son écriture malgré la fatigue de l'âge :

 

 

Paris 11 juillet 1882 mardi matin 7h30  

(...) Je ne sais quand ni comment cela finira, mais je souffre tous les jours de plus en plus et je m'affaiblis d'heure en heure. En ce moment, c'est à peine  si j'ai la force de tenir ma plume et j'ai grand peine à garder la conscience de ce que j'écris. Je me cramponne cependant à la vie de toute la puissance de mon amour pour ne pas te laisser trop longtemps sans moi sur la terre.

Mais hélas ! La nature regimbe et ne veut pas (...)

Juliette

 

 

Elle s'éteindra en 1883; Victor Hugo deux ans plus tard seulement.

 

 

L'homme infidèle aura été pour Juliette le poète fidèle : 

 

Quand deux coeurs en s'aimant ont doucement vieilli,

Oh ! quel bonheur profond, intime, recueilli !

Amour ! hymen d'en haut ! Ô pour lien des âmes !

Il garde ses rayons même en perdant ses flammes.

Ces deux coeurs qu'il a pris jadis n'en font plus qu'un.

Il fait, des souvenirs de leur passé commun,

L'impossibilité de vivre l'un sans l'autre

(Juliette, n'est-ce pas, cette vie est la nôtre

Il a la paix du soir avec l'éclat du jour,

Et devient l'amitié tout en restant l'amour !

 

 Victor Hugo. Toute la lyre: VI, 64 (publication en 1897)

 

 

 A la fin de l'exposition, un très beau et émouvant tableau représentant juliette Drouet au soir de sa vie (image), fait écho au portrait de la jeune juliette toute fraîche, rebondie, belle, et celui de Léon Noël qui souligne l'ovale parfait du visage, ses grands yeux noirs ses cheveux bruns et épais, ses épaules en courbes, ses lèvres charnues. Juliette Drouet est désormais une vieille femme, ses longs cheveux sont devenus blancs, sa peau  est ridée.

Mais ses yeux noirs ont la même profondeur, expriment le même mélange de résignation, de calme, de pugnacité et d'ardeur.

Comme si son amour fidèle avait conservé son énigmatique beauté, imprimé en elle une présence passionnée à la vie, gardé intacte, visible alors dans la seule expression du regard, une éternelle jeunesse.

  juliette-drouet-en-1883---jules-bastien-lepage.jpg

 

 

Enterrée au cimetière nord de Saint-Mandé, elle a voulu que fussent gravés sur sa tombe des vers que Hugo lui avait adressés en 1835 :

 

Quand je ne serai plus qu'une cendre glacée,

Quand mes yeux fatiguées seront fermés au jour,

Dis-toi, si dans ton coeur ma mémoire est fixée :

Le monde a sa pensée,

Moi j'avais son coeur !

 

 

 

 

livre 010

Article paru le 25/11/2010 et modifié le 1/12/2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Thérèse 02/12/2010 17:07


Bonsoir Harmonia,
Quel beau reportage tu as fait en hommage à Victor Hugo et Juliette Drouet. Tu m'as donné envie de lire ces livres.
C'est si rare de voir un amour si fort lier deux être jusqu'à la fin de leur vie.
Prends bien soin de toi, reposes-toi, j'ai du retard dans mes visites chez toi, je reviendrai donc de temps en temps te laisser un petit mot, ou une petite pensée. D'ailleurs j'ai moi aussi grand
besoin de repos et je ne sais comment le trouver car chaque jour il y a des imprévus.
Je t'embrasse bien amicalement


Reinette 01/12/2010 17:53


je passais par là, te laisse donc une petite trace de mon passage en te souhaitant une bonne soirée
bye


Vincent 01/12/2010 17:36


Bonjour.
Je viens te faire un petit coucou glacial avant de partir à l'entrainement de judo.
A+ Vince.


Danielle 01/12/2010 00:14


Bonsoir chère Harmonia, repose toi ma douce, prend le temps nécessaire on sera là à t'attendre et à surveiller ton blog (!). En attendant ton retour, j'irai parcourir tes pages, comme je le fais
habituellement quand tu fais une pause, on y découvre chaque fois des merveilles qu'on n'approdondit pas assez lors d'une première lecture. A bientôt, prend soin de toi et de ta petite famille.
Plein de gros bisous pour toi. Danielle


loussy 30/11/2010 09:56


A bientôt Mimi. Bisous


covix 29/11/2010 13:38


Bonjour Harmonia,
Merci de ce partage, c'est un peu comme si nous y étions. Même les mots simples prennent la valeur de l'amour qui est dans ces textes si bien mis en scène.
Bonne journée
Bisous


Domi 28/11/2010 12:10


Article passionnant je suis fan de Victor Hugo, car je le trouve encore d'actualité sur certains de ses textes bisous du dimanche et à très bientôt


Vincent 27/11/2010 12:01


Bonjour.
J'ai une compette de judo cet après-midi.
Je repasserai demain.
A+ Vince.


grisounette 27/11/2010 10:39


ouiii harmonia je comprend , prend le temps qui te faut ... en attende que tu revienne je passerai mettre de petits commentaires...vrais que de tenir un blog prend une parti de notre temps
...j'attend que tu revienne mettre de beau articles ...prend soin de toi et reviens nous quand tu en sentira le besoin.
en attende mon amie je te fais de gros biiisous d'amité
micheline


Danielle 26/11/2010 23:32


J'aurais été passionnée par la lecture de cette correspondance entre Victor Hugo et Juliette Drouet. C'est tellement difficile de faire ressentir les émotions contenues dans ces lignes, les
sentiments si forts qui s'y expriment. Il en faut du talent pour que les spectateurs "rentrent" dans cette lecture pour en goûter et apprécier chaque mot. Quel moment magique ! Merci ma douce
Harmonia de nous faire participer à ce moment de plaisir, je vais imprimer cet article et le conserver précieusement. Merci de ce partage qui nous donne l'impression d'avoir été un peu présents. Je
t'embrasse avec beaucoup d'amitié. Danielle


Présentation

  • : Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • : Mon blog se veut avant tout un lieu de partage, d'écoute, de tolérance et de respect. Il se compose de poésies, de biographies, de pensées et réflexions...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Appréciation

 

2ad8d915

Lisabuzz.com parle de Pour un monde meilleur : Alors là, franchement, c est du caviar, du web-caviar pour être exact ! Pour un monde meilleur regorge de traits d esprits et de perles linguistiques... D ailleurs, peut-on parler de Blog, alors qu il s agit, à n en pas douter, de grande litterature ? Le Nord Ouest a enfin trouvé son nouveau Victor Hugo en la personne de Harmonia.messidor. Ca va être dur de faire mieux. pourvu que ca dure ! signé http://blog.lisabuzz.com

Petite info

Mon blog n'a aucune prétention littéraire, simplement l'envie de partager avec vous, mes réfexions, mes pensées et parfois mes indignations...

Je remercie cependant LISABUZZ pour son commentaire plein d'humour...

Copyright

copyright 6

00040706

Photo

8y0t7jh8.jpg

Texte Libre

 

 

 

oiseaux

 

 Certaines photos,trouvées sur le net

ne sont peut-être pas libres de droits

  Si toutefois, il s'avérait que l'une d'elles

est échappée à ma  vigilance, veuillez

 m'en informer afin de la supprimer

le plus rapidement possible. Merci