Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 08:00

http://rapgenius.com/Iam-habitude-lyrics

 

 

 

 

Paroles de la chanson Habitude

 

[Intro - Akhenaton]

 

 

Aucun visage ne me regarde

Et sur les quelques pièces que je glane

A la sortie des magasins, après l'office

Le côté face aussi me donne le profil 

 

[couplet 1 - Shurk'n]


Le soleil tombe avec les degrés

.Depuis ce matin je marche, mais là mes pieds sont las, il faudrait que je pense à me poser

Que je me trouve un porche ou un coin tranquille, bien abrité

A l'écart des regards, la tolérance est souvent mal imité

Parfois j'aimerais être invisible tout comme ces fantômes

Ne pas voir ces yeux qui me regardent pas comme on regarde un homme

<<Bonjour madame, n'ayez pas peur, non, je ne suis pa dangereux

Je vous tiens la porte c'est tout, c'est pas à votre sac que j'en veux>>

C'est qu'un «bonjour, ça ne vous coutera pas 1€

Allez fouillez votre coeur, y encore peut-être quelques mercis

Je vous jure c'est pas de ma faute si tout le pays part en vrille

Je suis là par manque de chance, la vie a ses sombres héros

Comme une ombre au tableau, je croise des routes sans jamais laisser de trace

S'il vous plait, voyez moi, une fois avant que le vieux ne m'efface

Je sais c'est dur car vous me percevez comme un peu-être

Alors c'est presque par instinct que vous tournez la tête

C'est vrai je dors là, où vos chiens ont leurs chiottes

Je gêne les amoureux qui sur les bancs, le soir se bécotent

Et si le vent parfois me force à squatter vos entrées

N'oubliez pas, même les vaincus ont droit au respect

Et si le dédain était armé, je serais mort 1000 fois

Comme ceux qu'on trouve le matin gelés et mort de froid 

Mais là c'est pire ma présence ne choque plus

Le temps défile et doucementje deviens une simple habitude. 

 

[Refrain - Akhenton]

 

On ne me voit plus je suis transparent, une habitude

Les regards glissent sur mes affaires entassées sur ce trottoir vide

C'est tout ce qui me reste, mon testament

On ne me voit plus, je suis une silhouette

Une ombre sans utilité

Comme disent hommes et femmes pleins de futilités

Je suis qu'une habitude, où aucun pas ne s'arrête

 

   [couplet 2 Faf Larage]

 

  On vit l'hiver gelé par la honte

Le froid et l'été, l'indifférence des passants nous fait de l'ombre

Sur un trottoir, un banc, on dérange chacun sa croix

Une pièce, de l'eau courante, un trésor qu'on ne trouve pas

Le soir on marche en petit groupe, livrés à nous-mêmes

Rien qui nous retiens ici, ni maison ni repères

Nos souvenirs, nos joies dans les sacs poubelles

On brave le quotidien et voit nos espoirs à la baisse

On fuit la loi et l'ordre qui nous chassent parce qu'on n'a plus de sous

Ils ont saisi ma dignité avec mes biens un jour

Depuis je vous regarde, faire semblant de pas me voir et ça me marque

Plus que le temps à tuer sur le goudron une tache dans ce parc

Vos non dits qui en disent longs me ratttrapent

Et parmi nous beaucoup se résignent face au mépris, ils signent

Pour un idylle avec une bouteille vide

On ne juge pa, on a tous une histoire, je ne vous le souhaite pas

Je pourrais être vous, vous pourriez être moi

Alors je rêve devant les vitrines, tant pis c'est pour de faux

Je sais que la rue ne fait pas de cadeau

J'essai d'être fort même dans le caniveau

Je ne suis qu'une statue de chair parmi vous

Et à la fin j'aurais joué mon rôle jusqu'au bout

Mais les spectateurs m'ont fait défaut

 

[Refrain - Akhenaton]

On ne me voit plus

 

 

Ce n'est pas une poésie à la Rimbaud ou à la Victor Hugo, mais voilà, les temps ont changé, le langage de la rue s'est installé, un langage reflétant les difficultés, que beaucoup doivent affronter...
Un langage de vérité, que nous ne sommes pas toujours prêts à écouter... Que ce soit le rap ou le slam, lorsque les choses sont justes et vraies, dites sans haine et sans violences, toutes les générations peuvent les accepter et les entendre.
Les mots de ces jeunes, sont très souvent des mots, inspirés par notre société, qui a fait d'une certaine catégorie de citoyens, des SDF et des SANS ABRIS. Nous ne sommes pas à l'abri de ce genre de situation.
Beaucoup se sont retrouvés dans la rue suite à des circonstances dramatiques : plus ou pas d'emploi, divorce, solitude, abandon de la famille... Personne ne peut jurer que ce genre de situation leur sera épargné... Je ne prétends faire la morale à personne, mais la vie m'a apprit au moins une chose : la tolérance et l'empathie !
Pour comprendre, écoutons, comme l'aurait fait l'Abbé Pierre, qui savait aider et tendre la main sans juger...
Harmonia.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Chansons
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • : Mon blog se veut avant tout un lieu de partage, d'écoute, de tolérance et de respect. Il se compose de poésies, de biographies, de pensées et réflexions...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Appréciation

 

2ad8d915

Lisabuzz.com parle de Pour un monde meilleur : Alors là, franchement, c est du caviar, du web-caviar pour être exact ! Pour un monde meilleur regorge de traits d esprits et de perles linguistiques... D ailleurs, peut-on parler de Blog, alors qu il s agit, à n en pas douter, de grande litterature ? Le Nord Ouest a enfin trouvé son nouveau Victor Hugo en la personne de Harmonia.messidor. Ca va être dur de faire mieux. pourvu que ca dure ! signé http://blog.lisabuzz.com

Petite info

Mon blog n'a aucune prétention littéraire, simplement l'envie de partager avec vous, mes réfexions, mes pensées et parfois mes indignations...

Je remercie cependant LISABUZZ pour son commentaire plein d'humour...

Copyright

copyright 6

00040706

Photo

8y0t7jh8.jpg

Texte Libre

 

 

 

oiseaux

 

 Certaines photos,trouvées sur le net

ne sont peut-être pas libres de droits

  Si toutefois, il s'avérait que l'une d'elles

est échappée à ma  vigilance, veuillez

 m'en informer afin de la supprimer

le plus rapidement possible. Merci