Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 07:41



 - Née le : 02 décembre 1923 à New York Chanteuse lyrique

 - Décédée le : 16 septembre 1977 à Paris


- Enfance

- Sophie Cecilia Kalos nait au Flower Hospital de New York, quartier de Manhattan, le 2 décembre 1923 de Georges Kaloyerpulos et d'Evangelia (dite Lista) Dimitriadou. On ignore la date à laquelle le nom de Callas remplaça Kalos et même s'il l'a réellement remplacé. On sait surtout que ce fut un nom d'artiste. Au moment de quitter la Grèce pour les Etat-Unis, le 30 mars 1945, Maria indique que son nom de scène est << Mary Callas >>? Quoi qu'il en soit, << Kalos >> reste le seul nom sous lequel Maria Callas a été enregistrée sur le sol américain. Elle conservera ce nom, inscrit sur toutes les pièces d'administratives jusqu'en 1966, année où elle renoncera officiellement à la nationalité américaine.

Les parents - Georges et  Evangelia -   Maria et Jackie leurs enfants


- Le seul événement notable de l'enfance de Maria avant l'âge de 6ans est son accident en juillet 1928, quand elle traversa une route imprudemment pour rejoindre sa soeur jouant sur le trottoir d'en face, et se fit accrocher par une voiture. Elle s'en sortira par une commotion cérébrale qui l'aurait laissée inconsciente pendant une douzaine de jours pour le moins et près de trois semaines en hôpital dans un état fiévreux et  << nébuleux >> (selon le mot de la victime en 1956). L'événement n'a cependant pas marqué pareillement tous les esprits... 
Les Kaloperopoulos déménagent neuf fois en huit ans, d'abord pour des appartements plus confortables, puis vers de plus modestes. Cette dégradation n'est pas faite pour atténuer l'irascibilité de la mère, soucieuse de paraître. Georges multiplie les aventures pour mieux fuir l'atmosphère électrique.
Les deux filles changent cinq fois d'école. Celles-ci ne peuvent compter sur la tendresse maternelle et plaignent la faiblesse de leur père et font front pour résister à une mère naviguant entre crise d'hystérie et profonde dépressions. Après une tentative de suicide d'Evangelia, les relations entre les époux sont définitivement rompues. La pharmacie est fermée et Georges prend un emploi de représentant itinérant, afin de rentrer au foyer le moins souvent possible.



- Un foyer décomposé

- Georges reste celui qui fait subsister sa petite famille, au grand dam de son épouse, avec parcimonie. Il suit l'instruction de ses enfants et surtout les progrès de la jeune Maria.    - Yakinthi, dite (Jackie) termine ses études en 1935 - dont il se montre très fier. De nature calme, répugnant aux polémiques et trop faible face à une mère autocratique qui l'éloigne comme un importun, il s'efforce d'apprivoiser les deux soeurs élevées dans le mépris de leur père.
Il laisse dans l'esprit des deux filles auxquelles manquent tant l'affection paternelle, une impression confuse Jackie résume bien la situation ou elles vivaient toutes les deux : <<Nous avions été trop influencées contre lui et nous nous sentions embarrassées de ses attentions. >> Maria aurait confié un jour << personne ne m'aimait et je n'aimais personne, sauf mon père >> en avoir gardé un sentiment de culpabilité qui a dû accentuer son ressentiment contre sa mère.



 Eclosion d'une voix

- Le développement vocal de Maria se distingue dès l'âge de Huit ans, c'est à dire vers 1931. Pour cette période, les mémoires d'Evangelia sont encore la source principale des biographes. Maria fait l'apprentissage de la musique et chant à l'école publique de Washington Heights, quartier de leur domicile. Dès l'année 1933, elle participe à des concerts organisés par son école. Elle chante aux remises des prix.

 La fille << à la voix d'or >>, qui d'après un de ses professeurs avait un << rossignol dans la gorge >> prend de l'assurance en s'y faisant régulièrement remarquer et collectionne les compliments flatteurs dans un livre d'autographes qu'elle conserva toute sa vie. Si Callas n'a jamais évoqué son plaisir de chanter à cet âge, elle ne l'a pas nié non plus.
En revanche elle avoua avoir éprouvé une satisfaction personnelle certaine, lors d'une interview : << Quand je chantais, je sentais que j'étais vraiment aimée. Alors, chanter est progressivement devenu le remède à mon complexe d'infériorité. >>


 - Possédant une excellente oreille et une mémoire infaillible, la fillette peut reproduire une chanson << dans le ton original en l'ayant entendu une fois ou deux. Elle commença à être reconnaissable (adjectif fameux qui a globalement qualifié la voix de Callas) seulement lorsqu'elle se mit à prendre des cours en Grèce. >> Il est dit que Maria arriva au conservatoire d'Athènes, à l'âge de quinze ans, avec un registre qu'elle pensait de mezzo-soprano.
Il est donc permis de penser qu'elle est mêlé pendant ces années des airs et tessitures très éloignées, sans précaution en s'appuyant sur une technique instinctive mais, à l'appréciation d'un professeur de chant forcément sommaire et vocalement dangereuse. Il semble ainsi que ses écarts vocaux aient été à l'origine de son vibrato dans les aïgus, déjà remarqué à ses débuts au conservatoire, dont elle peinera à se débarrasser et qui finira par s'installer vers la fin d'une carrière intense et démesurée.




Retour en Grèce

- En 1937, le couple Kaloyeropoulos se sépare officiellemnt et Evangelia retourne à Athènes avec ses deux filles. Au cours de l'été 1937, Evangelia contacte Maria Trivella qui dirige le tout récent Conservatoire national grec. Maria est trop jeune (elle n'a que 14 ans à l'époque) mais qu'importe. Evangelia ment sur l'âge de sa fille et demande à Trivella de lui enseigner le chant moyennant une somme modeste car la famille est désargentée.

Tivella se souvient de cette jeune adolescente grassouillette et extremement myope, voire quasiment aveugle lorsqu'elle ne portait pas d'énormes verres. : << Sa voix avait un timbre chaud, lyrique, intense qui tournoyait, brillant de mille feux, emplissant l'air d'échos mélodieux, cristallins, comme un carillon. Elle était à plusieurs points de vue, étonnante. Un futur grand talent qu'il fallait contrôler, entraîner, discipliner pour qu'elle jaillisse avec toute sa brillance. >>

Débuts professionnels

- Dotée désormais d'une voix de soprano dramatique, Maria Callas commence une carrière professionnelle à l'âge de 17 ans avec l'opérette Boccacciode Franz von Suppé.
<< L'interprétation fantastique de Mari Callas était si évidents, qu'à partir de ce moment là, les autres tentèrent de lui barrer la route .>>
Envers et contre tout, Callas poursuit son chemin et fait ses débuts dans le rôle de  Tosca au mois d'août 1942, puis elle est Marta dans l'opéra d'Eugen d'Albert, Tiefland, au théâtre d'Olympie.


- La critique est unanime << artiste extrêmement dynamique possédant des dons lyriques et musicaux les plus rares >> (Spanoudi), << La cantatrice qui a tenu le rôle de Marta avec une sensibilité sans égale,  cette nouvelle étoile du firmament grec, a donné un exemple magistral de ce qui devait être une actrice de tragédie. A  sa voix exceptionnelle de fluidité naturelle, je ne souhaite pas ajouter d'autres mots que ceux d'Alexandra Lalaouni : Kaloyeropoulou est l'un de ces talents bénis des Dieux dont on ne peut que s'émerveiller.

Giovanni Meneghini

- En arrivant en Italie pour y chercher du travail, Maria Callas rencontre à Vérone un industriel propriétaire d'une briqueterie et féru d'opéra., Giovanni Baptisa Meneghini de quarante ans son aîné. Elle l'épouse le 21 avril 1949  à Vérone et s'appellera désormais Maria Meneghini Callas. Meneghini s'occupera de la carrière de sa femme jusqu'à leur divorce en 1959. Il sera à la fois son mari, son mentor et son impresario. Dès lors sa notoriété ne cesse de croître jusqu'à faire d'elle l'une des principales vedettes de la scène lyrique.

La  diva



- Callas fait ses débuts officiels à la Scala de Milan au mois de décembre 1951 dans  les vêpres siciliennes.Ce temple de l'opéra devient son repaire artistique durant les années 1950. L'illustre maison monte de nouvelles productions spécialement pour la cantatrice avec des réalisateurs ou des personnalités prestigieuses du monde de la musique : Herber von Krarjan, Margherita Wallman, Luchino Visconti, Franco Zeffirelli, ente autres.

 En 1954, l'Amérique qui avait << boudé >> Callas quelques années auparavant, est conquise à son tour avec Norma, rôle fétiche de la cantatrice, interprété devant le public de l'opéra de Chicago qui a enfin pu ouvrir ses portes. A la fin de la représentation, les spectateurs l'ovationnent longuement.

Il faut dire que l'image de la cantatrice s'est profondément modifiée : de constitution plutôt forte, elle a perdu entre le début de l'année 1953 et la fin de l'année 1954, plus de 30 kilos grâce à un régime. Désormais les magazines s'intéressent autant à sa vie privée qu'à ses prestations scéniques. C'est à cette époque qu'elle rencontre l'homme qui bouleversa sa vie : Aristote Onassis, armateur grec milliardaire et séducteur aux multiples aventures, de qui elle aurait eu un enfant - Omerio - mort né.


                                                             Maria Callas et Onassis sur son bateau

- Pour lui, elle divorcera de Meneghini en octobre de la même année. En 1966, elle obtient la nationalité Grecque ainsi que l'annulation de fait de son mariage, espérant pouvoir officialiser sa relation, mais Onassis épouse le 20 octobre 1968 une autre femme célèbre, Jacqueline Kennedy, veuve du président des Etats Unis John F. Kennedy en 1963.

Registre de voix

- Aux dires d'experts, la voix de Callas est extraordinaire pour ses trois registres. Le grave est très sombre, puissant, pratiquement celui d'un baryton. Elle utilise cette possibilité pour produire un effet dramatique en descendant beaucoup plus bas que n'importe quelle soprano. Son médium est extrêmement particulier et lui est propre. 

L'agilité de sa voix permet à Callas de chanter les airs les plus complexes << qu'elle exécute avec une étonnante facilité technique. Sa gamme chromatique, spécifiquement pour le registre des graves, est magnifiquement caressante et ses << piqués >> extraordinairement précis, sans faille, y compris dans les passages les plus compliqués. On trouve difficilement dans toute la musique du XIXe siècle  écrite pour une soprano lyrique, une limite sérieuse à ses capacités. >>

Une vie émaillée de scandale

Interprète et tragédienne

- Callas a une grande partie de sa carrière entachée par un certain nombre de scandales qui ont fait fait la manchette des revues spécialisées et des journaux à scandales. Lors de la représentation de Madame Butterfly àchicago, elle a dû faire face à un procès que lui a intenté Eddy Bagarozzi qui se prétendait son impresario. A cette époque, la célèbre photographie de Callas arborant un rictus hargneux est diffusée dans le monde entier et donne naissance au mythe d'une prima donna coléreuse, véritable << tigresse >>.

Au mois de janvier 1958, Callas doit ouvrir la saison de l'Opéra de Rome avec Normasous la présidence effective du président de la République italienne. La veille de la représentation, Callas informe ses commanditaires qu'elle est souffrante et qu'il faudrait prévoir une remplaçante. Il lui est répondu que << personne ne peut doubler Callas >>.
 Se sentant mieux le jour de la représentation, la cantatrice décide de paraître en public. Dès le premier acte, la Diva s'aperçoit que sa voix est altérée et renonce à poursuivre. La représentation est annulée. L'accusant de faire un caprice devant le président, la presse aggrave la polémique en écrivant sous le titre << La démission de Rome >> : << Lorsqu'elle est en répétition, sa voix est parfaite... Si vous souhaitez entendre Callas, ne vous donnez pas la peine de vous habiller, allez à la répétition; elle termine habituellement ces dernières. >> Callas intente un procès à l'opéra de Rome pour avoir refusé de prévoir une doublure,

Les dernières années

- Entre, janvier et février 1964 la Diva chante Médéa, Norma et surtout Toscaà Paris, New York et Londres devant son public de Covent Garden pour sa dernière apparition sur scène le 5 juillet 1965.
La cantatrice se retire du monde dans son appartement parisien du 36, avenue Georges-Mandel où ses seules occupations sont d'écouter ses vieux enregistrements et de promener ses caniches en empruntant chaque jour le même itinéraire : rue de la Pompe, rue de Longchamp et rue Sablons.

La mort d'Onassis en 1975 achève de la murer dans sa solitude. Epuisée moralement et physiquement, prenant alternativement des barbituriques pour dormir et des excitants dans le journée, elle meurt brutalement d'une embolie pulmonaire le 16 septembre 1977 à l'âge de 53 ans.

Une cérémonie funèbre a lieu à l'église grecque orthodoxe d'Agio Stephanos, rue Georges-Bizet, le 20 septembre 1977. Maria Callasest incinérée au cimetière du Père-Lachaise où une plaque lui rend hommage. Après le vol de l'urne funéraire, retrouvée quelques semaines plus tard, ses cendres  (ou ce que l'on pense être comme telles) seront dispersées en mer Egée, au large des côtes grecques, selon ses voeux.

Pour les personnes désireuses d'approfondir la biographie, le répertoire, la discographie de Maria Callas, je suggère de compléter les informations sur  le lien suivant :
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Callas

         

Partager cet article

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Elea 29/08/2009 01:30

Merci pour ce magnifique blog!
J'aime tellement la voix de Maria Callas, et dire qu'au début je la detestait! Mais en l'écoutant interpreter Norma un jour, j'ai eu un coup de foudre incroyable. Depuis, je n'arrive plus à écouter les chansons qu'elle a intérpretée, chantée par d'autres chanteuses. Elle était tellement incroyable que parfois elle me fait pleurer.

Harmonia-messidor 30/08/2009 17:22


Merci de ta visite. Je partage ton avis sur Maria Callas. Sa voix est unique. Elle est divine dans l'interprétation de Norma. C'était une véritable
tragédienne, elle était bouleversante et faisait partager toutes ses émotions... Bonne soirée


grisounette 02/07/2009 10:45

une bien jolie voix et une telle beauté
bonjour harmonia ..tu vois je vais bien...merci pour ta fidéle amitié ..je t'envoie de gros biiisous

MAMOUNETTE93 26/06/2009 06:45

Bonjour douce Harmonia oui mystére du net . Mais moi ce sont des images stockées sur mon ordi du temps d'orange ..Ceci explique peut etre cela . J'espère que tu vas bien je suis heureuse de retrouver ma Camélia .. Bonne journée ma douce gros bisous

anne laure 25/06/2009 21:55

un grand merci pour ce tres bel article sur la callas que j'aime bcp
je suis fan d'operas et de musiques classiques
gros bisous
anne laure

Harmonia-messidor 28/06/2009 17:14


Merci de tes visites Anne Laure. Nous partageons les même goûts. Grosses bises


MAMOUNETTE93 25/06/2009 09:26

Bonjour ma tendre et douce Harmonia Merci pour la marche à suivre ...Tu as fait un travail remarquable sur cette Divine Dame ... Bonne journée à toi je t'envoie une tonne de bisous

Harmonia-messidor 25/06/2009 20:51


Bonsoir Mamounette, j'espère que tu n'es pas trop dépaysée et que tu vas vite te familiariser avec toutes ces nouvelles méthodes. Bonne nuit Grosses
bises


Michel 25/06/2009 09:06

Bon la Voix ce n'est plus la peine d'en rajouter c'était du diamant..............je viens parler du visage qui reflétait tant de sensibilité et d'amertume........de la grace romantique avec toute sa retenue et ses mystères , une belle Dame qui a construit son âme comme son corps en restant maîtresse du destin................
bises...........Mimi

Harmonia-messidor 25/06/2009 20:48


On est toujours un peu le reflet de notre vécu...Une Diva qui méritait mieux qu'une fin de vie solitaire...Bonne soirée. Bises


Nasr.samia 25/06/2009 01:42

Bonsoir mon amie Harmoia, Je t’ai tagué en bleu, mon amie. C’est sur mon blog « île des poètes »
Tu peux aussi taguer à ton tour tes amis, (es), bonne nuit, gros bisous

Harmonia-messidor 25/06/2009 20:21



Bonsoir ma chère Samia et merci de ta gentillesse et de m'avoir "tagué" Je vais maintenant voir la vie en "bleu" (sourire). Je te souhaite une très bonne soirée.
Grosses bises.



Lili-la-rebelle 24/06/2009 20:24

J'aime beaucoup écouter La Callas
quand elle chante, dans sa voie,
on sent tous les sentiments qu'elle ressent,
et même si elle ne chante pas en français,
on le sent !
Elle a su aussi montrer ce que l'on peut faire
par amour, mais cet amour l'a tué !
Comme j'aimerai être capable d'écrire en faisant
passer autant de sentiments dans mes mots, comme
elle le faisait avec sa voix
bises amicales
Lili

Harmonia-messidor 24/06/2009 22:22


C'était une très grande interprète, mais vulnérable face aux blessures de la vie ! A chacun ses talents, tu fais passer également beaucoup de choses à travers tes
mots ! Bonne nuit. Bises


domi 24/06/2009 18:23

Magnifique hommage à une chanteuse non moins magnifique bonne soirée

Harmonia-messidor 24/06/2009 22:18


Une interprète et comédienne de génie ! Bonne nuit.


Danielle 24/06/2009 16:31

Bonjour Harmonia, quel travail que tu as du fournir pour nous offrir cette biographie magnifique de Maria Callas, les photos, tes textes, c'est superbe. Je viens d'en prendre connaissance avec un immense plaisir mais je ne peux pas écouter Maria chanter car sa voix inimitable s'arrête au bout de quelques dizaines de secondes. Il doit y avoir un problème. J'ai essayé à plusieurs reprises car cette voix sublime me bouleverse, caressante ou puissante, elle s'adaptait à toutes les situations. Je crois que Maria Callas a du beaucoup exprimer ses souffrances dans le chant, elle était vraie, avec un immense talent mais elle semble avoir été malheureuse aussi. Merci chère Harmonia pour ce que tu nous offres aujourd'hui et gros bisous de ton amie. Danielle

Harmonia-messidor 24/06/2009 22:16


Bonsoir Danielle, Je sais que l'extrait est très, très court, mais j'étais tellement déçue  de ne rien pouvoir  mettre, que j'ai opté
pour cette solution. J'ai essayé de nombreux morceaux, mais tous duraient environ une dizaine de seconde. Quelle frustration ! Je l'adore dans : la Norma de Bellini. Certaines de ses
interprétations sont bouleversantes, son vécu n'y est certainement pas étranger ! Belle et douce nuit ma chère Danielle. Grosses bises


Présentation

  • : Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • : Mon blog se veut avant tout un lieu de partage, d'écoute, de tolérance et de respect. Il se compose de poésies, de biographies, de pensées et réflexions...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Appréciation

 

2ad8d915

Lisabuzz.com parle de Pour un monde meilleur : Alors là, franchement, c est du caviar, du web-caviar pour être exact ! Pour un monde meilleur regorge de traits d esprits et de perles linguistiques... D ailleurs, peut-on parler de Blog, alors qu il s agit, à n en pas douter, de grande litterature ? Le Nord Ouest a enfin trouvé son nouveau Victor Hugo en la personne de Harmonia.messidor. Ca va être dur de faire mieux. pourvu que ca dure ! signé http://blog.lisabuzz.com

Petite info

Mon blog n'a aucune prétention littéraire, simplement l'envie de partager avec vous, mes réfexions, mes pensées et parfois mes indignations...

Je remercie cependant LISABUZZ pour son commentaire plein d'humour...

Copyright

copyright 6

00040706

Photo

8y0t7jh8.jpg

Texte Libre

 

 

 

oiseaux

 

 Certaines photos,trouvées sur le net

ne sont peut-être pas libres de droits

  Si toutefois, il s'avérait que l'une d'elles

est échappée à ma  vigilance, veuillez

 m'en informer afin de la supprimer

le plus rapidement possible. Merci