Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 00:00

 

 

 

- Mère Teresa

- Né le 26 août 1910 à Skopje  (Üskub à l'époque)

- Décédée le 5 septembre 1997 à Calcutta

 

 

 

 

- 26 août 1910 :naissance à Skopje d'agnès Bojaxhiu dans une famille albanaise de Macédoine (Yougoslavie)

- 1928 :elle entre dans la congrégation missionnaire irlandaise de notre-Dame-de-Lorette, près de Dublin, et prend le nom de Teresa par dévotion à la carmélite de Lisieux.

- De 1929 à 1948, elle enseigne la géographie à des jeunes filles de riches Bengalis, dans un collège huppé de Calcutta. Elle dirigea ensuite la congrégation des filles de Sainte-Anne, ordre indien rattaché aux Soeurs de Notre-Dame-de-Lorette.

- 1937 : Voeux définitifs.

- 10 septembre 1946: elle demande à sa supérieure l'autorisation de sortir du couvent afin de travailler dans les taudis de Calcutta. 1948 : elle quitte l'habit des Soeurs de Lorette pour un sari blanc bordé de bleu et acquiert la nationalité indienne.

- 1950: le 7 octobre, Mère Teresa fonde la congrégation des Missionnaires de la Charité.

- 1963 : elle fonde la branche masculine des Missionnaires  de la Charité.

- Le 10 ddécembre 1979: elle reçoit le prix Nobel de la Paix.

- 1990: à la suite de nombreux ennuis de santé, Mère Teresa quitte ses fonctions de supérieure générale des Missionnaires de la Charité.

- Décembre 1991: elle subit une opération du coeur aux Etats-Unis, lors d'une tournée mondiale auprès de ses communautés.

13 mars 1997: Soeur Nirmala, hindoue convertie, agée de 63 ans, lui succède comme supérieure de la congrégation. Au nombre de 4500, les soeurs sont présentes dans 133pays.

- Le 5 septembre 1997: Mère Teresa meurt à Calcutta

- 19 octobre 2003, Mère Teresa a été beatifiée par le Pape Jean-paul II à Rome

 

 
- Femme d'exception, d'amour et de compassion. Elle consacra sa vie aux autres, dans une totale abnégation. Au service des plus misérables de ce monde : enfants, mourants , lépreux, sidéens, drogués...

- Dès  l'âge de 12 ans, elle chante à la chorale de l'église et se passionne pour les articles de la revue catholiques, dirigée par les jésuites qui oeuvrent au Bengale. Elle rêve d'entrer chez les religieuses. mais c'est l'été de ses 18 ans qu'elle entend la voix de Dieu qui l'invite à être toute à lui.
Agnès s'engage alors comme missionnaire dans la congrégation de Notre-Dame de Lorette, dont la maison mère se trouve en Irlande. Le 26 septembre 1928, le coeur serré, elle fait ses adieux à sa famille. Mère et fille ne savent pas qu'elles ne se reverront jamais, même si elles correspondront longuement. Agnès part, accompagnée de Beticka, une de ses compagnes de lycée qui a fait le même choix de vie.. A travers l'Europe, le train les conduit vers Dublin, où les deux Yougoslaves de 18 ans sont admises à devenir postulantes.
Comme elles parlent un peu l'anglais, appris à l'école, c'est en Inde, alors colonie britannique, que la communauté les envoie. Au début de l'année 1929, elle mettent le pied à terre sur le continent indien.

- A son arrivée c'est le choc : << De nombreuses familles vivent dans les rues, le long des murs, dormant à même le sol. Parents et enfants sont pratiquement nus, avec tout au plus un pagne en guenilles. Si nos compatriotes voyaient cela, ils cesseraient de se plaindre et remercieraient Dieu de l'abondance dans laquelle ils vivent >>, écrit Mère Teresa dans un article qu'elle envoie à la revue Missions catholiques.

Elle parle aussi de l'humidité malsaine, des relents d'égouts qui prennent à la gorge. Mais le choc de la misère est comme assourdi derrière les murs du couvent de la congrégation où sont accueillis les soeurs : situé au clos d'Etailly, dans le quartier résidentiel, non loin du palais du vice-roi des indes, Loretto Housse est une belle maison coloniale ancienne, toute blanche, entourée d'un jardin verdoyant qui respire le calme et la fraîcheur.

Cependant les bidonvilles ne sont pas loin, et de la fenêtre de sa chambre Mère Teresa peut apercevoir ceux qui vivent dans la misère de la rue.

Durant plus de quarante ans, elle consacra sa vie aux pauvres, aux malades, aux laissés pour compte et aux mourants, d'abord en Inde, tout en guidant le développement des missionnaire de la Charité, puis à travers son oeuvre dans d'autres pays. Perçue comme un modèle d'altruisme, son nom a été régulièrement évoqué dans la presse indienne et occidentale pendant la deuxième moitié du XXe siècle.

 

 

Il faut saluer son courage d'avoir révéler ses doutes sur sa foi vacillante. Elle avait confié à son confesseur : << Jésus a un amour tout particulier pour vous . Pour moi, le silence et le vide sont si importants que je regarde et ne vois pas, que j'écoute et n'entends pas >>.

Dans une autre lettre non datée adressée à jésus, elle avait encore écrit : << où est ma foi ? Tout au fond de moi, il n'y a que le vide et l'obscurité, mon Dieu, que cette souffrance est douloureuse, je n'ai pas la foi. >>

 

 

 

Un regard plein de joie et d'espoir.... 

 

Source : http://www.madame.ca/loisirs-culture/personnalités/


Partager cet article

Repost 0
Published by Harmonia-messidor - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Libellule 27/11/2008 21:31

EncOre une femme fOrmidable, qui a vOué sa vie pOur les pauvres .. BravO pOur ce bel hOmmage .. GrOs bisOus ..

Harmonia-messidor 28/11/2008 15:48


Sans aucune connotation religieuse, je crois qu'elle le méritait bien, elle était un modèle d'amour et
d'abnégation...Grosses bises.


Michel 27/11/2008 17:04

Voilà l'image que devrait offrir toutes les religions...........aimer agir aimer agir aimer agir..................Mimi

Harmonia-messidor 28/11/2008 15:22


Oui, elles devraient être le symbole de l'amour, de la bonté, de l'unité...UTOPIES...car certaines guerres n'ont-elles pas été des guerres de religion...C'est
pour cette raison qu'il est important de rendre hommage à des personnes d'exceptions... Bises


Danielle 26/11/2008 23:02

Encore un très belle biographie, celle de Mère teresa,qui a partagé la vie des taudis de calcutta, qui a vécu dans les bidonvilles, quel courage, quelle abnégation, quel don de soi. Et, à la fin de sa vie le doute, elle a reconnu avoir perdu la foi, elle en souffrait énormément. Soeur Emmanuelle a vécu la même vie, les mêmes tourments, elle avait rendu publics ses sentiments, prononcé les mêmes paroles : Mon Dieu, je n'ai plus la foi, aidez-moi ! Notre cher Abbé Pierre, soumis aux mêmes souffrances, sa confession m'avait bouleversée. Comment peuvent-ils arriver à perdre ce qui les a guidé et porté tout au long de leur vie. Combien ils ont du souffrir d'en prendre conscience. Je les admire pour tout ce qu'ils ont enduré, pour leur vie consacrée aux plus démunis, pour leur avoir procuré l'espoir et le réconfort, partageant la misère de ces peuples accablés de souffrances. Merci à eux, nous ne les oublierons pas mais combien vont prendre la relève ? On peut se poser la question. Merci Harmonia, tous les jours tu nous fais réfléchir. Bisous amicaux. Danielle

Harmonia-messidor 28/11/2008 15:09


 Comment ne pas remettre sa foi en question lorsqu'on n'est confronté à une telle misère, à un tel dénuement ! Elle a eu un
courage admirable de reconnaître le combat intérieur quel menait face à la foi,. Comment ne pas être révolté devant tant d'injustice ! Sa confession m'a beaucoup ému, elle ne faisait que
confirmer sa grande honnêteté ! Bises amicales


grisounette 26/11/2008 21:18

une femme de coeur...tu as fait un très bel article sur mère teresa
passe une douce soirée harmonia et gros bisous d'amitié

Harmonia-messidor 28/11/2008 14:44



 C'est une juste reconnaissance de son parcours, de son amour, de son abnégation...C'est peu de chose, espérons qu'elle ne soit jamais oubliée...Bises.



anne laure 26/11/2008 20:31

tres bel article et bel hommage
bise
anne laure

Harmonia-messidor 28/11/2008 14:38


C'est peu de chose, comparativement à ce qu'elle a fait pour les autres, je pense que les hommages qui lui seront rendu ne seront jamais à la hauteur de sa
grandeur d'âme et de coeur...Merci de ta gentille visite.


Présentation

  • : Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • Le blog de Harmonia : Pour un monde meilleur
  • : Mon blog se veut avant tout un lieu de partage, d'écoute, de tolérance et de respect. Il se compose de poésies, de biographies, de pensées et réflexions...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Appréciation

 

2ad8d915

Lisabuzz.com parle de Pour un monde meilleur : Alors là, franchement, c est du caviar, du web-caviar pour être exact ! Pour un monde meilleur regorge de traits d esprits et de perles linguistiques... D ailleurs, peut-on parler de Blog, alors qu il s agit, à n en pas douter, de grande litterature ? Le Nord Ouest a enfin trouvé son nouveau Victor Hugo en la personne de Harmonia.messidor. Ca va être dur de faire mieux. pourvu que ca dure ! signé http://blog.lisabuzz.com

Petite info

Mon blog n'a aucune prétention littéraire, simplement l'envie de partager avec vous, mes réfexions, mes pensées et parfois mes indignations...

Je remercie cependant LISABUZZ pour son commentaire plein d'humour...

Copyright

copyright 6

00040706

Photo

8y0t7jh8.jpg

Texte Libre

 

 

 

oiseaux

 

 Certaines photos,trouvées sur le net

ne sont peut-être pas libres de droits

  Si toutefois, il s'avérait que l'une d'elles

est échappée à ma  vigilance, veuillez

 m'en informer afin de la supprimer

le plus rapidement possible. Merci